Copyright 2019 HVolunteers SAS - Tous droits réservés

HVolunteers SAS / helpS Volunteers

11 ter Chemin de Fontenay

69 450 SAINT CYR AU MONT D'OR

  • helpS Volunteers

Interview de Christophe

Mis à jour : 7 mars 2019

Une histoire comme celles de beaucoup de salariés #aidants...



Christophe, 48 ans, #salarié aidant

L'histoire de Christophe est banale. C'est l'histoire de toutes les personnes qui aident un proche âgé dépendant et qui travaillent. Elles sont 2 millions dans ce cas. Il doit conjuguer à la fois son travail, sa famille, et son proche. Pas simple. C'est même une gageure!


#helpS Volunteers (#HV) : Quelle est votre situation?


Christophe (C) : Je suis marié, j'ai trois enfants qui sont encore tous à ma charge. J'ai un travail très prenant puisque je dirige une société, et mes parents habitent à 450 km de mon domicile. Ce n'a pas toujours été le cas. Il y a encore un an, j'habitais à 50km d'eux. Mon père a une maladie neuro-dégénérative et c'est ma mère qui s'occupe de lui à plein temps.


#HV : Ce n'est donc pas vous qui êtes l'aidant principal? Quel est votre rôle?


C : C'est ma mère l'aidante principale. On peut dire qu'elle soutient mon père à temps complet. Lorsque la maladie de papa l'atteignait légèrement, la situation était gérable pour ma mère, mais la maladie a franchi un cap et là, la chute, si on peut l'appeler comme cela, a été vertigineuse. Ma mère m'a donc appelé "à la rescousse" de plus en plus souvent. Et pour des problèmes faciles à résoudre par tout à chacun : changer une ampoule, tailler la haie de chamaecerasus, régler un problème internet, surveiller papa pendant qu'elle allait chez le coiffeur, chercher le pain, des médicaments, et j'en passe.


#HV : Quelle a été l'incidence de cette "chute vertigineuse" sur votre vie?


C : Déjà, sur la vie de ma mère. Elle ne sortait plus, elle ne voyait plus personne. Elle s'est totalement enfermée pour prendre en charge papa. C'était un devoir! C'est moi qui, la voyant dans un état plus proche de la mort que de la vie, l'ai obligé à faire appel à moi. Et là, ma vie a aussi basculé : j'étais moins présent intellectuellement au travail, je négligeais mon épouse, je m'investissais moins dans les études de mes enfants alors que mes deux grands, au collège et au lycée, avaient besoin de moi.


#HV : Et pourquoi ne pas avoir fait intervenir des aides à domicile? ou à des voisins?


C : Pour quatre raisons simples. La première, c'est qu'on ne veut pas embêter les gens pour des broutilles. Les voisins, ils sont sympas, mais on ne peut pas faire appel toujours aux mêmes personnes. La deuxième pour des problèmes d'argent et l'aide à domicile coûte cher. Mes parents sont déjà non imposables, alors, la communication des boîtes de services à domicile sur l'avantage fiscal à les faire travailler...je ne vous fais pas un dessin. Et la troisième raison est plus d'ordre de la peur de faire rentrer des personnes chez mes parents...et il y a tellement de travail dans l'aide à domicile qu'on sait bien que toutes les boîtes qui œuvrent dans ce secteur ne sont pas très regardantes sur les CV. Enfin, le souci que ma mère avait, et par conséquent que j'avais, était un souci d'immédiateté sur des petites tâches quotidiennes. Ce sont ces tâches toutes bêtes qui bouffent du temps et qui, par accumulation, épuisent.


#HV : C'est pour cette raison que vous avez créé #helpS Volunteers?


C : Oui, pour toutes ces raisons. Pour pouvoir me dépanner rapidement, de façon sûre, pour des petites choses que je pourrai gérer certes, mais qui mises bout à bout ne permettent plus de s'occuper correctement de soi, de sa famille, ou de son travail. Alors, oui, je serai le premier à m'enregistrer dans l'application pour aider d'autres personnes et à enregistrer ma mère pour que je puisse commander de l'aide pour elle.


#HV : Dernière question : Et comment pouvez-vous affirmer que l'aide sera sûre?


C : Les salariés qui aideront seront tous membres d'entreprises partenaires...ça rassure, on sait d'où ils viennent. Cela n'empêchera pas de leur demander leur pièce d'identité ainsi qu'un extrait casier judiciaire vierge de moins de trois mois.